L’uchronie est décidemment à la mode ces temps ci dans le 9e art. Après la série éponyme d’Eric Corbeyran, voici donc Fred Blanchard, le directeur du label « Serie B » qui s’y colle avec Jour J sous la forme de plusieurs one-shots décrivant les conséquences des points de divergence à différents moments de l’histoire du XXe siècle. Et c’est là que se situe l’originalité de cette série, à savoir que chaque histoire ne se concentre pas sur le point de divergence, ni même sur ses conséquences, mais relate un évènement complètement décorrélé de l’axe principal de l’uchronie, qui ne reste plus qu’un élément scénaristique : l’environnement dans lequel se déroule l’histoire.

Jusqu'à présent, Pécau et Duval (assistés de Blanchard donc), nous avaient servi des histoires de qualité plutôt inégale : le tome 1 qui se déroule sur la lune était franchement invraisemblable, le 2 qui nous plongeait dans une guerre froide à Paris m’avait réconcilié avec la série, et les 3 et 4 qui se déroulent dans l’entre 2 guerre avec la France qui a perdu la première guerre mondiale étaient assez dynamiques et fonctionnaient plutôt bien. Je ne savais donc pas trop quoi penser avec ce 5e tome qui semblait représenter un pivot dans la série avec le traitement d’un évènement majeur : l’assassinat de JFK.

Sur les points positifs, il y a clairement un travail de recherche assez poussé sur les personnages et les auteurs prennent bien le temps de poser l’environnement géopolitique qui va servir de cadre à l’assassinat du président des Etats-Unis. Sur les points négatifs, j’ai trouvé un fort déséquilibre entre cette première partie d’introduction, trop longue à mon goût (en particulier les flashbacks) et le temps présent, bien vite expédié avec très peu d’information sur les commanditaires et les conséquences de cet acte. Il y a à mon sens une profonde inadéquation entre le profil du tueur, son passé et ses convictions qui sont détaillées avec le plus grand soin, et l’action à proprement parler, ainsi que la fin qui tombe un peu à plat. Et je trouve que c’est bien dommage car les auteurs se sont livrés à un travail de qualité, mais qui apparait comme hors sujet dans le contexte du livre ce qui le rend fondamentalement déséquilibré. J’attends donc avec impatience de voir ce que va donner le tome 6 dont la sortie est programmée ces jours-ci, pour savoir s’il va réussir à relever le niveau. Soyez en sûr, je ne manquerai pas de le chroniquer prochainement sur décibulle.

Auteurs : Fred Blanchard, Jean-Pierre Pécau & Fred Duval (Scénario), Colin Wilson (Dessin)
Parution : 2 février 2011
Editeur : Delcourt
Collection : Série B
ISBN : 9782756018676