On attendait le tome 3 de Carthago (le tome 2 étant paru il y a maintenant plus de 2 ans), et c’est une préquelle qui nous est offerte, sans doute pour nous faire patienter. Pour la petite histoire, c’est Eric Henninot qui a décidé de suspendre sa collaboration avec Christophe Bec et les Humanoïdes Associés sur Carthago. Nous n’aurons donc pas de tome 3 avant l’année prochaine – ou pas du tout si Bec n’arrive pas à retrouver un nouveau dessinateur d’ici là. Les raisons invoquées sur son blog restent vagues, mais de ma compréhension des évènements, il s’agirait d’un différent entre Henninot et les humanos, sans doute sur sa rémunération suite au succès de la série. A cela s’ajoutent les difficultés financières de l’éditeur et l’implication du dessinateur talentueux sur un projet plus attrayant – XIII Mystery. Inutile de vous faire un dessin, c’est le syndrome Vatine – Aquablue. Autant Aquablue s’en était plutôt bien sorti au final (même s’il s’était écoulé 5 ans entre la sortie du tome 4 et 5), dans le cas de Carthago, 2 tomes ne suffiront peut-être pas à susciter l’intérêt et donc à justifier le risque de remplacer un dessinateur en cours de série, surtout pour un éditeur fragilisé suite à ses difficultés financières.

Partant de ce constat, j’ai donc découvert ce premier tome de Carthago Adventures avec une pointe d’appréhension et des attentes importantes. Concernant l’histoire, rien à dire. Bec confirme son talent de scénariste et nous livre une histoire dense, riche, complexe, mais fluide et bien rythmée. Calée sur la trame d’un épisode d’X-Files avec les points d’étapes bien marqués (1. Introduction – un évènement surnaturel se produit / est rapporté, 2. Investigation du dit évènement, 3. Observation de cet évènement, 4. Course contre la montre pour en rapporter des preuves, 5. Echec de l’opération précédente, 6. Conclusion ouverte, généralement surprenante et/ou frustrante pour le lecteur qui reste sur sa faim). Le dessin hyper réaliste de Jaouen est particulièrement réussi et cadre bien avec l’histoire, j’ai été agréablement surpris de ce côté-là.

Sorti de son contexte donc, c’est une BD plutôt bien réussie. Par contre, son statut de bouche-trou m’a laissé un léger sentiment de frustration. Déjà, on s’éloigne de l’aventure fantastique maritime – Qui avait fait le succès de Sanctuaire de Bec également, mais également d’un Aquanautes ou encore d’Abyss si on élargit le champ des comparaisons au cinéma. Même si on reste dans le domaine des animaux mythiques, ce one-shot aura forcément moins de profondeur qu’une aventure initialement prévue en 8 tomes et effectivement, malgré tout le bien que je pense de cette BD, je reste un peu sur ma faim. « Eh, mais qu’est-ce qui se passe après ? ». Je aussi un peu inquiet concernant l’hypothétique tome 2. Qu’allons-nous voir apparaître? Des dragons, des licornes, des griffons ? Non, je pense que nous sommes mûrs pour des bons gros sauriens carnivores tout droit sortis du mésozoïque…

Auteurs : Christophe Bec (scénario), Jaouen Salaün (dessin)
Parution : 13 avril 2011
Editeur : Humanoïdes Associés
ISBN : 9782731622928