Dans la même veine que Golden City de Daniel Pecqueur également, Arctica définit le style Série B – label dirigé par Fred Blanchard depuis 2007 suite au départ d’Olivier Vatine – et offre une bonne série d’aventure et de science-fiction, riche en rebondissements. Malgré quelques invraisemblances, l’histoire est solide et accroche bien, et offre à Bojan Kovacevic une collaboration exclusive depuis sa reprise de la série Arcanes avec Jean-Pierre Pécau. Son dessin est limpide, sans fioritures et on sent une certaine maîtrise.

Rien de nouveau sous le soleil, les séries du label se ressemble beaucoup, que ce soit Golden City, Arctica, Nash, Arcanes, et les spin-off Golden Cup, Arcanes Majeur, L’Histoire Secrète, etc. Et pour cause, on retrouve un joyeux tandem à la manœuvre, Daniel Pecqueur et Jean-Pierre Pecau qui surfent sur la vague du succès (le spin-offs en témoigne, l’Histoire Secrète vient de sortir son 21e tome). La production est fournie, consistante et divertissante – à l’instar d’Arctica tome 4, sans toutefois révolutionner le genre.