Sébastien Latour attaque avec Ombres Chinoises le premier tome d’une série prévue en 4 tomes avec 4 dessinateurs différents dont la parution est prévue en 2011. Il invente un univers qui n’est pas sans rappeler Blade Runner, sombre, sale et dangereux avec une idée de départ originale qui offre des perspectives d’imbroglios géopolitiques intéressantes. Malgré cela, Latour nous livre une intrigue plate et classique, bourrée de clichés et peu crédible. Et c’est bien dommage !

Mr Fab au dessin réalise ici sa première BD. Il a du talent et on comprend pourquoi Fred Blanchard du label B lui a laissé sa chance. Le trait manque parfois de maturité ce qui donne un côté un peu anguleux à certains visages, mais l’ensemble est très réussi, en partie grâce à un découpage dynamique et un éclairage bien contrasté. J’ai hâte de savoir ce qu’il va donner par la suite.

Au final, c’est une bande dessinée au scénario assez classique mais qui trouve bien sa place au sein du label Série B. En outre, c’est toujours plaisant à voir que certains éditeurs majeurs laissent encore leur chance à des dessinateurs débutants. En ce qui concerne le format un tome par dessinateur, ce qui était une mode se transforme en un véritable mouvement de fond qui bouleverse profondément le paysage de la bande dessinée avec un impact majeur sur le modèle économique : En cas de succès, c’est 4 hits par an et non un seul que l’éditeur pourra revendiquer.