Maryse nous émerveille une fois de plus avec l’évocation de ce pays magique et envoûtant. On n’y a pas encore mis les pieds que l’on se retrouve déjà sous le charme de la cité des palais. Littéralement, d’un monde à l’autre ne se contente pas de transporter ses lecteurs à l’instar de ses personnages vers les Indes, mais sert également d’intrigue policière, en la personne de M. Pimlicott et de galerie de personnages haut en couleurs, attachants et crédible, que ce soit le Nabab qui a fait fortune aux Indes et revenu faire étalage de sa fortune ou encore le lancier cherchant à rétablir l’honneur bafoué de son père.

Jean-François quant à lui reste fidèle à lui-même et nous offre un dessin toujours aussi magnifique : ses aquarelles retranscrivent admirablement l’ère Victorienne où se déroule cette histoire. En outre, sa représentation des personnages et en particulier des femmes est comme toujours fidèle au caractère qu’il leur prête, accentuant l’immersion du lecteur dans l’histoire.

Un vrai régal donc pour cette introduction qui pose les jalons d’un cycle très prometteur, sur un mode narratif et une époque sans rapports avec le premier cycle. Alors qu’il aurait pu constituer le début d’une nouvelle série, le fait qu’il fasse partie de la série India Dreams laisse à penser qu’un lien va peut être se révéler. Mais d’ici là ce tome peut être lu complètement indépendamment des autres.